Luge Canada
EN
FR

Les médaillés de luge des Jeux Olympiques, Alex Gough et Sam Edney, prennent leur retraite

Les athlètes de luge les plus accomplis au Canada mettent un terme à leurs carrières, ayant réécrit l’histoire

CALGARY—La reine et le roi de la luge canadienne ont décidé de mettre un terme à leur carrière après avoir réalisé maints exploits historiques.

Abordant leur retraite en tant qu’athlètes de luge les plus décorés dans l’histoire de ce sport au Canada, Alex Gough et Sam Edney ont conquis le cœur de tous les Canadiens à force de lutter inlassablement pour rehausser le profil de leur sport en Amérique du Nord. En cours de route, ils ont subi eux-mêmes une métamorphose remarquable : ayant débuté comme participants inconnus qui se contentaient simplement d’enfiler la feuille d’érable en compétition internationale, ils quittent leur sport en tant que médaillés olympiques.

Samedi, les deux athlètes calgarois ont marqué la fin officielle de leurs carrières respectives, sur la piste où ils avaient appris à glisser, au Parc olympique canadien de WinSport. Gough a fait une dernière descente de la piste à 14 virages en tant qu’ouvreuse de piste pour l’épreuve de luge individuelle féminine de la Coupe du monde Viessmann de luge. Edney l’attendait à la ligne d’arrivée, entouré de leurs proches et leurs jeunes coéquipiers et coéquipières, qui s’apprêtent à reprendre le flambeau vers les Jeux de 2022 et après. Les deux médaillés olympiques ont arrosé leurs carrières avec une bière locale à la ligne d’arrivée – en hommage aux racines allemandes de leur sport, mais avec une saveur bien canadienne.

«Je suis tellement fière de ce que nous avons su accomplir dans notre petit sport, mais cela n’aurait pas été possible sans l’aide de toutes les personnes incroyables qui ont participé à ce parcours mémorable,» a déclaré Gough qui, au mois de février dernier, est devenue premier athlète canadien à gagner une médaille olympique en luge quand elle a mis la main sur la bronze en luge individuelle féminine, quelques jours avant de glisser vers une médaille d’argent en compagnie d’Edney, Tristan Walker et Justin Snith, aux relais par équipes.

Deux des athlètes les plus dignes de respect sur le circuit international, en raison de leur compassion, leur altruisme, leur volonté de relever les défis, leur passion pour le sport et leur engagement à chercher l’excellence, Gough et Edney ont frayé le chemin pour la luge au Canada depuis leur arrivée au sein du programme de l’équipe nationale en 2005. Le chemin a été long et les progrès ont parfois semblé lents, avec plein de hauts et de bas, mais ces deux athlètes quittent le sport ayant réécrit le livre des records. Ce sont les deux premiers Canadiens à signer la victoire dans une compétition de Coupe du monde de luge, et ils se classent indubitablement parmi les meilleurs athlètes au monde dans l’histoire de ce sport.

«Je n’aurais jamais pu imaginer le succès que nous avons connu en tant qu’équipe, en considérant le niveau où se trouvait notre programme quand je me suis jointe initialement à l’équipe nationale, et puis en regardant l’état actuel des choses – nous devons tous être très fiers du chemin que nous avons fait. J’espère que nos accomplissements serviront d’inspiration à la nouvelle génération, et que ces athlètes se croiront tout aussi capables à viser toujours plus haut, pour devenir les prochains grands athlètes de luge canadiens,» a ajouté Gough. 

Gough a amorcé sa carrière remarquable en 2010 quand elle a gagné une médaille de bronze dans une compétition de Coupe du monde à Winterberg, Allemagne. Ce qui s’est passé ensuite aurait été considéré impensable par d’aucuns.

En 2011, à Paramonovo, Russie, elle est devenue premier athlète canadien à remporter une Coupe du monde de luge. Sa victoire a mis fin à une série incroyable de 105 victoires d’affilée par les Allemandes en Coupe du monde. Gough n’avait pourtant pas fini de réécrire l’histoire – elle est devenue premier Canadien à gagner une compétition de Coupe du mode de luge à la maison – à Calgary en 2012 et encore à Whistler en 2016. Elle est également le premier athlète canadien à gagner deux médailles de Championnat du monde dans ce sport.

Sa feuille de route impressionnante inclut 27 médailles de luge individuelle et 16 médailles de relais par équipes au circuit de Coupe du monde; aux Championnats du monde elle compte deux médailles individuelles et quatre de relais par équipes, sans oublier ses deux médailles olympiques. Le récit de sa réussite olympique est d’autant plus doux qu’elle avait obtenu le résultat crève-cœur de quatrième place –à deux reprises – aux Jeux de Sotchi en 2014.

«Quand je me suis lancée en luge, je ne ménageais aucune attente de participer aux Jeux olympiques – c’était simplement un nouveau passe-temps divertissant pour rester active et en forme pendant l’hiver, et puis cela s’est transformé en une merveilleuse aventure. Donc le fait de gagner deux médailles olympiques va bien au-delà de mes rêves les plus fous, et je me sens chanceuse d’avoir eu la possibilité de vivre ce rêve,» a remarqué Gough.

«Je savais que je devais retourner sur la piste et me consacrer à un autre effort pour une médaille olympique en 2018. J’ai mis tout mon être dans la préparation à PyeongChang au mois de février dernier. Rien ne vaut les sentiments que j’ai éprouvés à PyeongChang – la première médaille, le beau rachat après Sotchi, où nous avions manqué d’un cheveu plusieurs médailles, et puis la cerise sur le gâteau lorsque nous avons gagné la médaille de relais, dans un effort de toute l’équipe – et cette équipe m’est comme une seconde famille. C’était vraiment incroyable de monter au podium olympique avec Sam, Tristan et Justin. Nous avions vécu tant d’expériences ensemble, et je suis honorée et reconnaissante de partager cette médaille avec eux à tout jamais.»

Chose curieuse : la famille de Gough avait découvert le sport de luge par le truchement des parents d’Edney, mais c’était celui-ci qui a fini par suivre dans les pas de Gough pour faire sa propre marque dans l’histoire.

«Le succès d’Alex a représenté une vraie percée pour notre équipe dans son ensemble. Cela montrait que nous étions sur la bonne voie, et cela a instauré dans tous les athlètes canadiens la confiance que nous étions capables de gagner une médaille,» a observé Edney. «Nous étions de bons amis, moi et mes coéquipiers, et nous nous fiions à nos efforts; nous nous savions à la hauteur. Avec l’appui de nos entraîneurs, nous avions un parcours à suivre, et nous savions que cela rapporterait.

«Je suis content d’avoir pris une période de recueillement pour réfléchir à ma carrière avant d’annoncer officiellement ma retraite. Je me suis souvenu de mes débuts – j’étais un adolescent avec de grands rêves, et j’ai fait une carrière avec beaucoup de rebondissements, mais les rêves sont devenus réalité et c’est très spécial. C’était une belle aventure,» a enchaîné Edney.

Chapeautant l’alignement masculin au cours des huit dernières années, Edney est devenu le deuxième homme canadien à obtenir un podium de Coupe du monde en luge individuelle masculine. Un de ses plus grands moments s’est produit à la maison en 2014, à Calgary, lorsqu’il est devenu premier homme canadien à remporter une compétition de Coupe du monde en luge individuelle masculine – quelques mois après avoir terminé au pied du podium aux Jeux de Sotchi.

«Cette victoire à Calgary a été percutante. J’avais vraiment cru que Sotchi était notre grande possibilité de nous affirmer, puis quand cela a échoué, initialement je pensais que je rentrerais à Calgary et je prendrais probablement ma retraite la saison suivante. Mais l’épreuve à Calgary me disait que j’avais fait tout ce qu’il fallait pour Sotchi, et que j’avais été bien placé pour une médaille, mais la fortune m’avait boudé en fin de compte,» a dit Edney.

«La victoire ici à Calgary m’a procuré la validation pour poursuivre mon chemin dans le sport. Cela m’a donné le coup de pouce nécessaire pour réorienter mes efforts et continuer pendant quatre ans de plus. Je suis content que cela se soit passé puisque j’étais sur le point de céder et cela m’a donné un deuxième souffle.»

En plus d’être un acteur de premier plan aux relais par équipes, où il a contribué à 15 médailles de Coupe du monde et trois médailles de Championnat du monde, Edney s’est également démarqué comme premier homme canadien à gagner une médaille de Coupe du monde en dehors des frontières nationales, lorsqu’il a récolté une bronze à PyeongChang en 2017. Il a également gagné une médaille d’argent à une Coupe du monde à Calgary l’an dernier, quelques semaines avant de glisser vers la médaille d’argent olympique aux Jeux de 2018, pour couronner sa carrière distinguée de lugeur.

«PyeongChang s’est terminé comme un conte de fées. C’était une sorte de tourbillon, avec tous les hauts et les bas sur le plan des émotions dans les mois qui précédaient les Jeux,» a dit Edney, en faisant référence à l’histoire de révision des résultats du relais par équipes des Jeux Olympiques de Sotchi : on a retiré la médaille de bronze à deux athlètes russes trouvés coupables de dopage, et les Canadiens allaient enfin recevoir la médaille qui leur était due. Puis le Tribunal arbitral du sport avait renversé la décision quelques jours avant le coup d’envoi des Jeux de PyeongChang.

«Même aujourd’hui, les mots me font défaut. C’était vraiment énorme. Dans le moment, nous nous sentions fins prêts, en pleine forme. Nous avions coché toutes les cases dans la préparation et l’entraînement. C’était notre moment de gloire à saisir, et nous avons été à la hauteur. Cela m’a permis de quitter le sport avec un profond sentiment de satisfaction.»

Or, ce n’est pas les médailles, mais plutôt le fait d’être nommé quatre fois à l’équipe olympique canadienne dont Edney tire la plus grande fierté. Edney se retire en tant que titulaire du meilleur résultat jamais obtenu par un Canadien en luge individuelle masculine aux Jeux Olympiques d’hiver : il a terminé sixième en 2018, 11ème à Sotchi en 2014; septième à Vancouver en 2010; et 21ème à Torino en 2006.

«Être nommé à l’équipe olympique était mon plus grand rêve d’enfant. Quand j’ai été sélectionné à ces équipes-là, c’était la réalisation de ce rêve, mais c’était également une validation de tout le travail dur que j’avais investi. Et à chaque fois, j’étais comblé de représenter mon pays en tant que membre d’Équipe Canada,» a dit Edney.

Après avoir déposé sa luge pour la dernière fois dans le vestiaire d’Équipe Canada, Gough a voulu dire un mot à l’armée de supporteurs qui avaient épaulé Edney et elle sur le long et remarquable chemin qu’ils ont fait dans le sport de luge.

«Je suis tellement reconnaissante envers ma mère, qui m’a inscrite initialement pour essayer ce sport unique en son genre et qui a amorcé cette course délirante,» a affirmé Gough. «Je n’aurais jamais été capable d’accomplir tout cela sans l’appui de ma mère, de mon père et de tout le reste de ma famille au fil des années. Cette expérience a forgé mon caractère et je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui si je n’avais pas tenté cette aventure. Je vous quitte en donnant un gros merci à toute la collectivité de luge, et à toutes les personnes qui ont cru en moi et qui ont partagé cette expérience inoubliable.»

Organisme à but non lucratif, l’Association canadienne de luge est responsable de la gouvernance du sport de luge au Canada. Avec l’aide financière du gouvernement du Canada, le Comité olympique canadien et À Nous le Podium, l’Association canadienne de luge recrute et forme en toute sécurité des compétiteurs et compétitrices de luge de haut niveau, en vue d’atteindre régulièrement les marches du podium international. Pour en savoir plus sur l’Association canadienne de luge, veuillez visiter le www.luge.ca